logo
PORTFOLIO

HISTOIRE DE REGARDS : OZIAS LEDUC

22 novembre 2020 Démarche, L'Esprit des lieux

Pour développer mon regard photographique, j’étudie la perception et le rendu qu’ont développés de grands artistes visuels québécois.

À la manière d’Ozias Leduc

au-dessus du lavabo

au dessus du lavabo

Ce peintre québécois vécut de 1864 à 1955. Il a marqué son époque alors que la culture québécoise était dominée par le clergé.
Après une formation à Londres et à Paris, il revient au Québec et décorera plus de 30 églises dans sa province, dans d’autres provinces canadiennes et aux États-Unis.

au salon

au salon

Parallèlement, il produit une grande quantité de dessins remarquables et de la «peinture de chevalet» dont l’inspiration était laïque.
Il était surnommé le sage de Saint-Hilaire où il habitait et «tenait salon». Son atelier était ouvert à tous et sa notoriété attirait aussi bien les voisins, enfants aussi bien qu’adultes, ainsi que les sommités de l’époque.
Homme de peu de mots, son calme impressionne. Il donne l’impression d’une force tranquille.
C’était aussi un citoyen actif, voire engagé. il participe à la vie municipale à titre d’échevin et de commissaire d’école. Il créa la Commission d’embellissement de Saint-Hilaire en 1924 et citait à cette occasion Ruskin, le grand penseur et esthète anglais : « Une nation n’est digne du sol et des paysages dont elle a hérité que lorsque, par tous ses actes et ses arts, elle les rend plus beaux encore pour ses enfants.»

dans la salle à diner

dans la salle à diner

Il a été l’ami, certains disent le maître et la première inspiration de Paul-Émile Borduas, lui-aussi de Saint-Hilaire. Les premières images que Borduas contempla sont celles de l’église du village, une des grandes œuvres de Leduc.

Les photos présentées ici ont été prises dans et autour de sa maison natale et de la maison familiale qu’il a habité, toujours à Saint-Hilaire.
Le calme des lieux et le charme du décor reconstitué ont servi de matière première à mon travail.
Je tente, bien modestement, de recréer sa vision des choses qui me semble contemplative.

Ce projet est réalisé avec la collaboration du Musée des beaux-arts de Mont-Saint-Hilaire.

à la porte

à la porte

au bas de l'escalier

au bas de l’escalier