logo
PORTFOLIO

L’esprit des lieux

14 septembre 2014 Expérimentart, L'Esprit des lieux

C’est ainsi que j’ai envie de renommer la série EXPÉRIMENTART.

Pourquoi L’ESPRIT DES LIEUX ?
D’abord, parce que le terme est plus facile à saisir qu’ExpérimentArt, un néologisme dont il faut définir le sens.
Ensuite, parce que l’expression décrit exactement ce que je tente de capter avec ma caméra.
Et aussi, parce que c’est  la découverte que je souhaite au visiteur à travers mon travail. Un peu comme un guide dans un musée qui explique à un petit groupe comment il sent une exposition.
Finalement, parce que l’expression est française et belle. Reconnue et douce. Voilà!

Maintenant que c’est sous le terme L’ESPRIT DES LIEUX que j’exposerai mon travail, permettez-moi d’en préciser la portée.

De l’Esprit du lieu à l’Esprit des lieux

«L’Esprit des lieux» est une expression consacrée et connue. C’est pourquoi je veux préciser le sens que lui donne mon projet photographique «L’ESPRIT DES LIEUX».

L’Esprit du lieu photographié

Lors de la prise de photo, mon attention se porte sur le «recadrage» de la réalité. En déterminant le cadre de l’image, je tente de saisir l’harmonie de l’espace et du moment. L’Espace s’offre avec ses masses colorées, ses lignes et ses courbes, ses textures et ses contrastes. Le Moment fixe une activité et un éclairage changeants et fugaces. Ensemble, Moment et Espace composent l’image traduisant l’Esprit du lieu photographié.

L’Esprit du lieu d’exposition

Le visiteur d’une exposition l’aborde avec un pré conditionnement relié aux connotations qu’il accorde au lieu. Franchissant les portes du Musée, sa perception est déjà orientée : me voici dans le Temple de l’art. Sans perdre son droit au jugement, son évaluation est conditionnée par l’idée qu’il se fait du Musée. Il en va de même pour tous les lieux d’exposition : galerie, présentoir dans la rue, entrée commerciale, tunnel de métro, corridor de bureaux, salle d’attente, etc. Certains lieux ont même le pouvoir d’effacer l’œuvre exposée lorsque le sens que leur donne le passant exclut la possibilité de considérer un artéfact visuel.

L’Esprit du lieu vécu

Nous parlons ici de la relation visuelle directe entre l’œuvre et son environnement immédiat. Dans une galerie ou un musée, c’est le séquençage, l’éclairage et l’installation des œuvres qui donnent le sens. Dans un contexte plus architectural où les œuvres sont placées-positionnées, une à la fois et dans un endroit précis, un nouvel Esprit est créé par l’union de l’œuvre et des éléments l’entourant : porte, fenêtre, escalier, rayonnage, revêtement mural ou de sol. J’ai expérimenté intensément l’Esprit du lieu vécu lors de l’accrochage de sept photographies grand format dans un espace public : une bibliothèque.

En bref

Les trois étages de l’Esprit du lieu se superposent pour fonder L’Esprit des lieux… que chacun percevra différemment.